Storud

Dimanche 15 octobre, le temps est beau, juste un peu de vent. Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’évoquer, c’est un évènement rare en Islande. C’est donc en toute logique que les 2 jeunes personnes que nous sommes, s’imaginent que les conditions sont propices pour une longue randonnée, 100 km plus au nord. Leur naïveté est touchante. Le lac de Storud, une eau d’un bleu unique, entouré par des rochers couleur de jais, eux même cernés par des montagnes au tranchant incontestable. Un endroit paradisiaque, en somme, l’objectif parfait pour une randonnée.

La préparation

Une heure et demie plus tard, il est l’heure pour ces 2 personnes de prendre leur première leçon de météorologie islandaise : Quand il fait beau à un endroit, il ne le fait pas à un autre endroit – Vraiment pas – Arrivé au parking, il est alors temps de faire le point : Le vent souffle à 50 km/h, des flocons de neiges passent à l’horizontale en compagnie de quelques graviers. Les conditions étant « parfaites », nous décidons de faire la rando malgré tout. Équipé de 20cm d’épaisseur de vêtements. En pique-niquant dans la voiture. Et aussi en priant pour ne pas avoir envie de pisser…sans succès. De vrais vikings en plastique.

L’Épreuve

Première étape de cette épopée : Se frayer un chemin. Suivez le sentier, me direz vous ! Ce qui est relativement facile qui plus est, il est encadré par des petits poteaux jaunes, mais les vrais vikings n’en ont pas besoin, foncent dans la tempête et se perdent en une trentaine de mètres. De retour sur le sentier, puis arrivé sur un premier sommet, la situation est claire : le pire n’est JAMAIS derrière soi. A la voiture, les gravillons volaient, maintenant, c’est nous qui décollons. Je vous laisse seul juge de la situation via cette vidéo prise sur place :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *