Partie 1 – Montréal – Parc de la Mauricie – Lac Saint Jean – Saguenay – Tadoussac – Québec – Montréal

Le départ

Il est 10h15, nous sommes le 15 mai, ça y est notre aventure débute. Les sacoches bien équilibrées sur les portes bagages, le sac à dos bien accroché, la petite photo souvenir faite. Nous partons enfin.

Ceci n’est que le premier jour de notre périple pour la traversée du Canada, et notre soif d’aventure est bien là.

Notre première grosse étape : Quitter Montréal par la route verte. Pour celle et ceux qui ne savent pas ce qu’est la route verte, c’est simplement un réseau de piste cyclable qui se trouve dans la province du Québec.

Donc quitter Montréal, je peux vous l’avouer, n’est pas une mince affaire. On fait des tours, des détours dans la ville, tout ça pour éviter les travaux qui sont partout dans la ville, et aussi pour éviter de rouler sur les routes un peu trop fréquentées.

Mais heureusement dans tout ça, Google Maps nous a bien aidé. Sans lui nous serions certainement encore en train de chercher notre chemin.

Après 1h30 nous commençons enfin à sortir de la ville elle-même, on s’arrête un instant pour observer l’immensité de celle-ci qui surplombe le fleuve Saint Laurent.

On repart et alors que nous pensions être enfin tiré d’affaire, nous découvrons l’énorme banlieue de Montréal.

La route verte nous fait faire une petite visite a travers les parcs, les diverses rues, nous fait sillonner le fleuve. Une belle manière selon moi de visiter un lieu.

Enfin la pause

L’heure tourne il est déjà 12h30, c’est enfin la pause déjeuner. On s’arrête dans un parc encore au bord du fleuve. On se laisse bercer par le chant des oiseaux, les rires des enfants et les bruissements d’eau qui s’écoule a nos pieds. C’est un endroit tellement paisible sous ce soleil qu’il est difficile pour nous de le quitter.

Mais bon il faut bien repartir. Ici et là, on se fait aborder par des inconnus, notre chargement intrigue, notre trajet impressionne. C’est sous les félicitations et les encouragements que nous repartons toujours gonflé à bloc vers notre objectif final, Vancouver.

Les routes sont plates, le vent est avec nous, on avale sans trop de mal les kilomètres.

Il est 16h15 et là, c’est le drame. Notre première crevaison. Les routes toutes cabossées ont eu raison de ma vieille chambre à air. Mais bon pas de temps pour se plaindre, on se motive. On enlève les bagages, on démonte le pneu change de chambre et on remonte tout. 15 Minutes top chrono tout est réglé.

Le campement

Vers 17h, la fatigue commence à se faire ressentir. Notre recherche de campement commence. Aucun camping à l’horizon, on va devoir se rabattre sur le camping sauvage.

Après 1h de recherche on trouve enfin un coin. Ce n’est pas l’idéal mais on est trop fatigué pour faire la fine bouche. Notre campement se situera entre une route nationale et une autoroute. Et pour l’atteindre ce campement, on va devoir traverser un ruisseau qui ne semblait pas profond au premier abord. Un magnifique travail d’équipe se met en route pour faire passer les bagages et les vélos.

On est trempé, on a de la vase dans les chaussures, voilà qu’on monte déjà la tente, que l’on prépare notre couchage, il ne reste plus qu’à faire un petit feu pour se réchauffer et préparer un bon petit repas.

Une fois le ventre plein, il est déjà temps pour nous d’aller se coucher.

C’était le premier jour et on a déjà parcouru 105km. Vivement la suite.

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. Ferrer dit :

    Bonjour les aventuriers
    Je te conseille de mettre du produit preventif pour les crevaisons c tres efficace et des chambres a air dh maxxis
    Bonne route a bientot
    Alain

    1. Capucine BERNAL dit :

      J’avais des bandes contre les crevaisons. Mais c’est vrai que du coup elles n’ont pas vraiment fonctionné. Comme mon pneu a fini par bien s’user, je l’ai changé et opté pour un pneu increvable et plus résistant au poids de la marque Schwalbe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *