Sainte rose du Nord

On est le 24 mai, déjà 600 km effectués et tellement de côtes montées.

On sent déjà la différence entre maintenant et le premier jour de route. Nos coups de pédales sont plus fluides, plus puissants, nos sacoches sont équilibrées à la perfection, notre équilibre n’est que meilleur, on peut ainsi se faufiler plus facilement, gérer nos virages comme de vrais professionnels.

Les collines qui se dressent sur notre route se passent, quant à elle, plus facilement. La semaine déjà passée sur la route nous a servi d’entraînement. Et à entendre les natifs de la région, nous allons vraiment en avoir besoin. Les « montagnes » de Tadoussac seraient selon leurs dires coriaces.

En tout cas, pour le moment, nous avons encore quelques jours avant cette dure épreuve, de quoi affûter encore un peu nos mollets.

Aujourd’hui nous sommes à Sainte Rose du Nord. Un petit village qui borde le Saguenay. A 3km de la route principale, ce qui lui permet un calme quasi total.

Une étape qui fut difficile à atteindre, malgré le fait que notre route longeait la rivière depuis presque Chicoutimi. Nous sommes entrés dans la partie des collines. Tu montes, tu descends, tu montes, tu descends, tu montes, tu descends, et ça toute la journée. Un rythme intensif avec un paquetage de 20kg sur le vélo et un soleil de plomb. Mais que dire, les paysages sont tellement somptueux que tu en oublierais presque la fatigue.

On respire enfin

On s’octroie une petite pause sur la rive durant la marée basse et puis c’est reparti pour encore plus de colline. Les automobilistes nous encouragent a coup de klaxon, en retour ils ont droit a notre plus beau sourire et pour les plus chanceux, un signe victorieux de la main.

On a atteint Sainte Rose du Nord sous les coups de 16h, une heure parfaite pour manger une crème molle a l’érable assis sur les bancs à regarder l’horizon. Ce moment a tellement été apprécié et reposant que l’heure s’est écoulé en un claquement de doigt. En journée, le quai est très touristique, les croisières embarquent ici pour descendre en aval…mais le soir la jetée est plus calme, seuls quelques résidents et visiteurs restent encore à profiter du calme.

Comme tous les jours, il est temps de trouver un endroit où planter notre tente. Après un petit moment de recherche et de réflexion. On se décide. Aujourd’hui, ce sera une nuit à la belle étoile. On se poste sous la petite gloriette qui surplombe la rivière. On a une vue panoramique sur le Saguenay. On s’installe tranquillement en admirant le paysage.

En regardant le soleil se coucher, on est sûr d’avoir fait le bon choix. Moi j’ai déjà des étoiles dans les yeux rien qu’à voir le ciel changer de couleur tout en se reflétant dans l’eau. Adrien, lui bave déjà en pensant aux photos de nuit qu’il va pouvoir réaliser ce soir. Il passera d’ailleurs plus d’une heure planté sur son rocher, le trépied sur un support douteux, immortalisant la voie lactée et un lever de planètes et son miroir dans la rivière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *