Tadoussac

Les premiers rayons du soleil viennent me chatouiller le visage et me sortent de mon sommeil. J’en profite pour me lever et observer le lever de soleil, perchée sur mon rocher.

Je me lance ensuite dans la préparation du feu pour le thé. Entre temps, le spécialiste des photos de nuit me rejoint avec les tartines.

On commence à pédaler, vers 9h45, on a rarement été aussi efficace pour démonter le camp. Le petit plaisir que nous a donné la descente sur le port hier est vite balayée par la pensée qu’il faut la remonter. Commencer par une montée de si bon matin, ça picote… Et la montée n’est pas prête de s’aplatir. La route continue en montagnes russes encore aujourd’hui jusqu’à l’arrivée sur le St Laurent…notre étape de ce soir. La seule différence, c’est qu’on ne longe pas la même rivière. Bon, c’est parti, 1 colline, 2 collines, 3 collines, sans faillir nous franchissons les obstacles. On s’arrête au bord de l’eau pour faire une pause casse-croûte.

On traverse des forêts dans lesquelles se dissimulent des lacs. Certains d’entre eux sont bordés par une plage privée, car certains chanceux ont eu la bonne idée de s’installer aux bord de l’eau. En passant, je m’y imagine, habiter sous les arbres majestueux, avoir mon lac, de pouvoir m’y détendre dans mon canoë, les chaudes journées d’été et, comment l’oublier, avoir la chance d’observer les animaux sauvages depuis ma fenêtres. Bref, un paradis sur terre.

En pensant à tout ça, la route défile, toujours les même paysages. Je ne m’en lasse pas.

Le point positif ici, le trafic. Ce n’est vraiment pas une route passante. Seul le bruit de moteur des motos me tirent de mes rêveries. Une quinzaine d’Harley Davidson passent à côté de moi, avec du Elvis Presley à fond dans les hauts parleurs. Une bonne dose d’Amérique du Nord qui fait rêver.

Tadoussac

Après 80km, Tadoussac est en vue. Qu’elle ne fut pas notre joie de voir le port se rapprocher.

On pose pied à terre, le ciel est gris, la brume nous fait face, donnant un air fantomatique à cette place. Nous partons nous balader sur les rochers qui longe le rivage en se demandant si on ne se trouve pas sur le lieu de tournage du prochain Hitchcock. On fait le tour de la butte, en profitant de la marée basse pour ne pas se tremper les pieds. Et on se détend aux bords de l’eau, les yeux rivés au loin, avec l’espoir de voir une baleine montrer le bout de sa petite frimousse.

Planification

Tadoussac est une ville côtière, elle est connue pour ses baleines. Il serait donc dommage de rater ça. Nous planifions notre journée de demain.

Première étape : choisir la compagnie.

Deuxième étape : choisir son type de croisière.

Troisième étape : son mode de transport.

Après pas mal de recherches notre choix se porte sur les croisières AML et leur petit zodiac. Pourquoi le petit zodiaque et non leurs gros bateaux?

Tout simplement, ce sont les mêmes croisières. Seules différences, les gros bateaux ont beaucoup plus de monde a leurs bords, ils offrent plus de conforts, ils sont donc plus prisés. Il est plus difficile de se faire une petite place au bord pour voir ce qu’il se passe aux alentours. Et il serait dommage de rater ce pour quoi nous sommes venus à la base.

Tandis que le zodiac a l’avantage d’avoir des places assises limités. Chacun aura donc sa part du gâteau.

Ready for a good day.

8 h de sommeil plus tard c’est tout excité que l’on se lève dans le brouillard, le vrai brouillard, celui « made in Great Britain ». Et au vu de nos têtes dépités, tout espoir de voir des cétacés nous semble perdu. Mais bon on reste tout de même motivé. On mange en vitesse notre petit-déjeuner, histoire de pouvoir réserver avant qu’il n’y ait plus de place.

Rendez-vous à 13h pour 2h de croisière. Même en se dépêchant c’est seulement 10 minutes en avance que nous arrivons à notre point de rendez-vous. J’admire toujours toujours autant notre ponctualité.

On barre* les vélos à la barrière et on part s’équiper chaudement pour la croisière. On a tous un look à aller défiler pour la prochaine fashion week.

Enfin prêt

On prend place dans le zodiac, et c’est parti pour une petite visite guidée en mer, le regard a l’affût du moindre mouvement suspect. Saviez-vous que vous pouviez acheter un phare pour 1dollar symbolique, si jamais il y a quelqu’un d’intéressé, allez y foncez, il faudra juste que vous prouviez que vous avez les moyens de l’entretenir. Les 2h sont passées assez rapidement malheureusement on a eu peu de chance, bien que la brume est disparu. Seulement deux petits rorqual. On a quand même pu voir pas mal d’otaries.

On rentre, on se déséquipe et on retourne a notre campement, il est trop tard pour faire le moindre kilomètre aujourd’hui alors autant remonter notre campement au même endroit.

*Terme québecois pour cadenasser, tu peux pas test.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *