Niagara Falls

À la sortie de Toronto nous avions 2 choix, monter directement sur l’île Manitoulin ou faire un petit détour pour aller voir les chutes du Niagara. 

A ce niveau là du voyage nous sommes le 25 juin, et nous avons parcouru environ 2000 km.

Un petit vote très rapide, d’une durée d’une demi seconde environ et les chutes sortent vainqueur. On ira faire ce détour, on est plus à ça près. Et puis ce sont les chutes du Niagara. Sûrement les plus célèbres en ce bas monde, il serait idiot de rater ça. 140 km plus tard on sera ravi de les atteindre, en attendant on pédale. 

On suit le Waterfront Trail, une piste cyclable longeant le lac Ontario. On savoure le fait de ne pas se retrouver sur la route en compagnie de la circulation estivale.

Ce soir on s’arrêtera à Hamilton. Un autre Warmshower veut bien nous héberger pour la nuit, on est chanceux, deux jours d’affilés, c’est royal. 

Le lendemain matin on file, il nous reste 80 km à faire. Pour continuer on se rabat sur la route. On avale des kilomètre sous un soleil intense. A ce moment la seule l’idée d’une glace à notre arrivés nous fait encore avancer. Au milieu de l’après-midi on arrive à Niagara Falls. Et juste à temps, le porte bagage arrière d’Adrien vient de casser. 

Pour cette nuit nous dormirons dans un motel Le Super 8. On pose nos affaires et on part dans une expédition pour trouver un glacier.

Direction le centre ville, on y trouve un petit glacier aux glaces maison Italian Ice Cream, une pépite, une chose est sûre, on y retournera.

Aller-retour au Motel il est grand temps de se reposer et de planifier la journée de demain.

Au programme les chutes le matin, et l’après midi notre duo se séparera. Adrien ira réparer son vélo, tandis que moi j’irai flâner dans la ville à la recherche de quelque chose d’intéressant à faire.

Les Chutes, enfin !!

A 9h direction les chutes, 5 petits kilomètres nous sépare d’elle, autant dire qu’on y est en 5 minutes, parfait pour se mettre en jambe dès le matin. 

Et c’est juste Wow. Les cascade sont impressionnantes, on ressent la puissance de la chute, un coup de vent et on finirait presque trempé. On pose les vélos et on se lance dans des photos, un petit tour des lieux, et voilà qu’il est déjà 10h. On se retourne et cauchemar, voilà que les lieux sont envahis par les touristes. Impossible de mettre un pied devant l’autre sans écraser les pieds d’un pauvre touriste qui essaie de se frayer un chemin pour voir le paysage. 

Une grande inspiration et on fonce dans la foule pour récupérer les vélos. Il est temps de fuir, les bus touristiques déversent de plus en plus de passager sur le trottoir.

Une chance que l’on ai pas fait de grasse mat’, ça nous aurait gâché la magie du lieu. A noter, si jamais vous y allez, prévoyez d’y être tôt dans la matinée.

On reprend notre route, on nous a parlé de chemins qui descendent au niveau de la rivière, beaucoup moins touristiques mais tout aussi magnifiques.

10km plus tard on pose les vélos. 

Petite rando, le sport ne fait pas de mal

Et c’est parti pour une randonnée au cœur de la forêt. Au bout de 15min on se retrouve dans la crique. Au dessus de nous se trouve le funiculaire rempli de touriste allant sur la falaise en face. Mais ce qui m’intéresse plus, c’est ce qui se trouve devant moi. Le calme de la rivière, deux pêcheurs s’apprêtent à envoyer leurs appâts, une photo après notre duo se sépare déjà. Il remonte moi je continue la route. 

Un passages dans les rocailles, puis sous un rocher, une glissade, un pied dans l’eau, plus tard je finis par atteindre mon but. Et magie, plus on avance moins on croise de monde, comme si chaque obstacle était la pour filtrer les passages. Et ce n’est pas pour me déplaire. 

14h, il est déjà temps de faire demi-tour. Ma visite continue plus au sud. 

Dufferin Island, un petit parc loin de toute agitation. Si vous voulez flâner au bord de l’eau entourés de canard, cette endroit est pour vous. Plein de coin et recoin, entouré d’oiseaux et de poissons, difficile de croire qu’on est à côté d’une ville bondé de touriste. 

L’heure du gouter, l’exploration continue

16h l’heure de trouver une glace. C’est dans un centre commercial que je trouve mon bonheur, c’est au pied de la fontaine extérieure que je savoure ma death by chocolate, j’irai faire un tour dans le centre après et jetterait un coup d’oeil dans le Casino qu’il abrite.

17h, il est temps pour moi de retrouver mon acolyte. Et de prendre une glace comme récompense à cette dure journée, retour chez nôtre glacier itlaien, on l’avait dit qu’on reviendrait. Direction ensuite les attractions de la ville, labyrinthe, jeux de miroirs, karting, laser games, et bien d’autre. Il faut bien se détendre de cette journée de repos. 

Dans la soirée nous sommes retournés aux chutes du Niagara pour profiter de l’effervescence de la ville. 

Et surprise les chutes sont illuminées, un feu d’artifice a même lieu (comme tous les soirs depuis la mi-mai).

Retour au motel à 23h il est temps de se reposer pour ne pas trop être claqué demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *