En route pour la Péninsule 2

Dorénavant, c’est à 3 que nous prendrons la route, pendant combien de temps, nul ne le sais encore, mais au moins jusqu’à Tobermory. Ce qui nous fait environ 250km à parcourir ensemble. Un petit air de renouveau s’installe sur le groupe.

D’abord, on partira direction la côte vers Southampton, on évitera ainsi de faire tout le trajet dans les terres. Pour ce faire, nous emprunterons le Bruce Country Rail Trail. Mi-route mi-chemin de terre/cailloux. Un bon moment qui nous coupe de la monotonie du trajet fait jusqu’à présent. Il ne suffit plus d’avancer, mais de tenir sur le vélo. Passer par là nous fait faire un raccourci. Après je ne sais pas vraiment si ça valait le coup. Entre le temps passer sur le trajet, les efforts supplémentaire fourni sans oublier les risques de crevaisons et de chutes. Mais le sentier est beau, nous fait passer par des coins reculés, dans des forêts, on a même croisé des Amish en calèche. Mais à part quelques arrêts pour remettre convenablement les bagages qui avaient tendance à vouloir fuir, et une ou deux chutes, nous avons avancés sans trop d’encombre.

Aujourd’hui, il fait encore chaud, comme les 3 derniers jours d’ailleurs, apparemment on appelle ça l’été. Mais aujourd’hui on est le 1er Juillet : Canada Day. Une fête qui commémore la formation de la fédération Canadienne. Des spectacles, des défilés et des feux d’artifices sont organisés à travers tout le pays pour célébrer l’événement.

On se mets alors en tête d’avancer vers une ville pour assister à ces festivités. Pour notre destination, le programme sera musique et hot dog party. On y arrivera vers l’heure du déjeuner.

On arrive vers 13h, l’heure où tout le monde commencer à remballer ses affaires (Je m’en suis toujours pas remis). Tant pis, on aura peut être la chance de voir un feu d’artifice ce soir (Spoiler alert : on l’a juste entendu.)

Enfin ça ne nous empêche pas de faire notre petite pause repas car non, on n’a pas encore manger.

On continue notre chemin, direction Paisley. Une petite étape de 35km, heureusement parce que la température ne nous invite pas à continuer mais plutôt à se prélasser dans le parc jusqu’à que le froid de la nuit nous demande de partir.

On repart donc sur une route goudronnée cette fois. L’étape fini, un arrêt goûter s’impose. C’est sur TomBoi Ice Cream, que notre choix se porte. Et si jamais je peux vous faire une recommandation, c’est bien ici. Comme vous aurez pus le déduire, c’est un vendeur de crème glacé. Elles sont faite maison, les parfums changent chaque semaine, des parfums unique que l’on ne trouve pas ailleurs, d’où l’utilisation du mot « unique ». Un mélange qui peut paraître étrange à première vue, mais qui sont a tomber.

Le propriétaire, contrairement à la glace n’est pas froid, il est très accueillant, le service est impeccable et tu peux même goûter les parfums avant de faire ton choix. On y est aller 2 fois dans la même journée et on a même fini par boire un coup avec le proprio.

Il nous indique un endroit où il serait possible de trouver un coin où dormir, on part à la recherche de cette endroit.

Au pont tu prends à gauche, puis à droite, tu tombes sur un chemin et tu continues.

Ou alors tu prends à droite, puis à gauche. Mais tu dois tourner avant ou après le pont, et puis quel pont ?

On avait beau être trois à écouter, après 10 mètres parcouru on avait tous des informations différentes.

Dans ces cas là, il ne reste qu’une chose de sensé a faire. Essayer toute les propositions possibles. Mais une grande question se pose alors, qui partira en éclaireur ? C’est injuste je sais, mais pour les tâches ingrates, on envoie toujours les hommes, pas de chance pour Adrien la seule personne du sexe masculin que l’on peut compter dans nos rang.

Après 5 directions infructueuses et 20 min, il trouve un endroit. Et nous communique la façon d’y accéder, et même la ce n’est pas très clair, heureusement que nos forfait reste illimité même au Canada. Sans ça on serait perdu.

On plante la tente, et après une courte réflexion, on monte aussi l’abri anti-moustique. Un abri anti-moustique pour du cyclotourisme, on peut se dire que c’est du luxe, mais en fait c’est surtout nécessaire au Canada. Pour celles et ceux qui ont déjà fait l’Ontario en été savent de quoi je parle… et on se détend avec des jeux de cartes.

Les jours suivants nous nous sommes arrêtés à Southampton, puis Lion’s head, une des villes avec le moins de pollutions lumineuse la nuit pour mieux admirer les étoiles. Et Adrien s’en ai donné à cœur joie. Là bas vous pourrez admirer la vue bien entendu, profiter de la plage, mais aussi faire un petit jeu de piste à travers la ville pour ensuite trouver la tête de lion sur le rocher face à vous.

Le lendemain nous arrivons enfin à Tobermory, une destination tant attendue.

Pour cette ville il est conseillé de dormir dans un camping, les nombreux ours rôdent dans la coin (Et surtout le camping sauvage est interdit). Après une bonne réflexion, entre quel camping prendre, une réponse warmshower nous parvient. On dormira une nouvelle fois chez des hôtes. Et pas avec n’importe quelle vue. On se retrouve au bord du lac : petit ponton, transats et les castors qui chantent vos louanges. Une sieste bien méritée. Demain, une nouvelle grande aventure commence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *